C’est quoi ton objectif ?

« Faire » de la photo, c’est choisir son point de vue. C’est sans doute la différence avec « prendre » une photo où on ne choisit rien. Et pour faire une photo, l’important ce n’est pas l’appareil, c’est l’objectif… et quand même un peu le photographe 😉 Malheureusement, si l’on n’a pas le bon objectif au bon moment, on ne pourra pas faire la photo qu’on veut. Alors, je vais tenter d’éclaircir les bases de l’objectif pour vous aider à trouver les vôtres.

La marque

Bien sûr, chaque fabricant propose ses appareils et les objectifs qui vont avec. Certaines marques sont plus productives que d’autres et offrent une grande variété d’objectifs. Ça peut compter au moment de choisir votre appareil. Il existe aussi des bagues d’adaptation qui permettent d’utiliser un objectif sur un boîtier auquel il n’était pas destiné.

Sous quel angle ?

L’angle est adapté au type de photo. On n’utilisera pas le même angle pour un portrait que pour un paysage. C’est une raison primordiale pour choisir son objectif. L’angle de vue est indiqué en mm. Moins il y a de mm, plus l’angle est… grand : un 17mm aura donc un angle de vue plus large qu’un 50mm. Si vous faites du paysage ou de l’architecture, vous choisirez un grand angle. Pour du portrait, il faut un objectif autour de 80mm.
Il y a des objectifs à angle fixe, 50mm par exemple, et c’est le photographe qui va se déplacer autour du sujet pour faire rentrer tout ce qu’il veut dans sa photo. Il y a des objectifs qui offrent plusieurs angles, on zoome : 28-280mm par exemple. Cela permet de couvrir un grand nombre de situations : portrait, paysage, etc…

Sur cet objectif, l’angle peut varier. C’est un 12-35mm mais il y a un petit piège ici. C’est un objectif pour un numérique avec un capteur 4/3, qui n’est donc pas un plein format. Il faut multiplier les chiffres par 2. C’est donc un 24-70mm, un grand angle. C’est un de mes objectifs préférés qui quitte rarement mon Lumix GX80.

Être ouvert


La photographie, c’est écrire la lumière. S’il y en a trop, la photo est blanche, surexposée ; pas assez, la photo est sombre, sous-exposée. Sur chaque appareil, il y a donc à l’avant un trou qu’on ouvre pour faire rentrer de la lumière (et l’image !). Plus on ouvre grand, plus la lumière entre. L’ouverture maximale est notée sur l’objectif, par exemple 1:2.8 (c’est-à-dire f/2.8). Et comme pour les angles, plus le chiffre est petit, plus l’ouverture est… grande : f/1.4 sera donc plus ouvert que f/8.
Si votre objectif est indiqué à 1:2.8, c’est qu’il bénéficie d’une grande ouverture. Mais, vous pourrez le fermer à f/16 par exemple. Et il vaudra plus cher q’un objectif qui n’ouvre qu’à f/5.6.
Enfin, pour les zooms, il y a souvent 2 ouvertures indiquées : 1:3.5-5.6 par exemple. Cela veut dire que l’objectif ouvre à f/3.5 au plus grand angle, mais si vous zoomez l’ouverture fermera à f/5.6. Les meilleurs zooms sont à ouverture fixe : l’ouverture ne change pas quand on zoome.

Ce zoom couvre les angles 80-300mm. Oui, pour lui aussi il faut multiplier par 2. Son ouverture reste fixe quand on zoome et il peut ouvrir jusqu’à f/2.8. Donc si je mets au point avec un angle de 80mm, que je choisis d’ouvrir à f/5.6, si je zoome à 300mm, l’ouverture ne bougera pas.

L’objectif suivant est un 50mm. Il ouvre de f/1.4 à f/22. C’est MON objectif argentique favori, constamment sur mon Pentax, parce qu’une ouverture à f/1.4, c’est juste divin ! Je lui ajoute une lentille close-up pour prendre des photos de plus près.

Ouvertures


D’autres éléments dépendent de l’ouverture (mais je ne peux pas faire un trop long cours photo). Le temps de pose par exemple. Plus vous ouvrez, plus il sera réduit. Plus vous fermez, plus le temps de pose sera long. L’ouverture détermine aussi la netteté de profondeur. Plus vous fermez, plus votre photo sera nette en profondeur. Donc, en ouvrant assez grand, vous obtiendrez un flou de profondeur.
Les 3 images suivantes vous montrent les différences d’ouvertures. A f/1.4, l’ouverture est totale, une grande quantité de lumière entre, le temps de pose sera réduit, on peut faire des photos à main levée dans des endroits plus sombres. Mais, la netteté se fera sur une petite zone, on aura un grand (beau ?) flou de profondeur. Il faudra être très rigoureux sur la mise au point. A f/8, l’ouverture est réduite et on étend la netteté. Et à f/22, il ne reste qu’un petit trou de lumière, la netteté se fera sur toute la profondeur mais il faudra beaucoup de lumière ambiante.
Un photographe choisit ou adapte l’ouverture et son temps de pose à la situation et à l’effet qu’il veut produire.

Ouverture f1.4
Ouverture f8
Ouverture f22

Mes objectifs

J’en ai peu. Comme de nombreux photographes amateurs au budget pas trop conséquent, lorsque j’ai acheté un numérique, j’ai prix une offre boîtier plus trois objectifs : un grand angle, un 50mm, et un petit zoom. Forcément, si les angles semblaient intéressants, ce n’était pas le cas des ouvertures plutôt limitées. Je me suis donc rééquipé essentiellement sur le marché d’occasion.
En numérique, j’utilise : un 24-70mm (grand angle, f/2.8 fixe), un 90mm pour les portraits (f/1.8 qui fait tellement bien le boulot que j’ai l’impression de ne pas faire la photo !), un 60mm parce qu’il permet la macro et un 80-300mm (f/2.8 fixe). Depuis peu, j’ai un Canon TS 35mm 2.8, mais celui-ci mérite un article à lui seul. Chacun de mes objectifs correspond bien à une utilisation particulière et j’ai aussi privilégié les grandes ouvertures et le fait qu’elle soit fixe pour les zooms.

J’espère que ces quelques lignes vous auront permis de comprendre les bases de l’objectif et vous éclaireront dans vos choix. Vous pouvez toujours me contacter pour plus de précision même si je ne suis qu’un amateur !

Objectif 12-35mm
CCédric Écrit par :

Soyez le premier à commenter

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.